Romein Beton participe à la construction du nouveau tracé du Noorderbrug à Maastricht

Tout le monde sur le pont

432. C’est le nombre de poutres en béton préfabriqué que compte la nouvelle construction du Noorderbrug à Maastricht. Romein Beton (qui fait partie du groupe BTE) s’est retroussé les manches pour produire, livrer et monter les poutres à flux tendu. Tout le monde sur le pont pour ce mégaprojet, dit le chef de projet Twan van den Akker.

Romein Beton a reçu la commande de Strukton en décembre 2015. L’ingénierie du projet a pris toute une année. La production des poutres a lieu à Oosterhout. Comme ce site de production est situé au bord de l’eau, les grandes poutres très pesantes (jusque 46,5 mètres de longueur, d’un poids allant jusque 130 tonnes) peuvent aisément être transportées au port de Maastricht. Les poutres pour le nouveau tracé du Noorderbrug représentent un total de 11.300 m3 de béton. ENCI, la société soeur de CBR, fournit 6.200 tonnes de ciment CEM III/A 52,5 N pour le projet.

10 poutres par semaine, pendant 43 semaines

Twan van den Akker, chef de projet de Romein Beton : ‘Pour produire 432 poutres d’affilée, il faut un lieu de stockage gigantesque pour les entreposer. On ne peut pas les empiler indéfiniment. Nous faisons donc soigneusement concorder notre production avec le calendrier de montage et optons dès lors pour une approche à flux tendu, tout en gardant toujours un certain stock bien sûr. Le tablier du pont est subdivisé en 43 travées et on veut achever une travée en une seule fois évidemment. Nous devons en outre tenir compte d’un âge requis de sept jours.’ Pour cet ouvrage, Romein Beton a prévu deux lignes de production pendant une année complète. Chaque ligne produit une poutre chaque jour ouvrable.

Tout est parfaitement réglé tous les jours

Le producteur de béton préfabriqué doit donc s’en tenir à un cycle journalier : produire une poutre l’après- midi, la décoffrer le lendemain et produire à nouveau le jour même. C’est possible avec un béton de classe de résistance C60/75, qui développe une grande résistance au décoffrage. Twan van den Akker : ‘Un cycle journalier de ce type suppose beaucoup de préparation : il faut préparer le moule avec l’armature et la difficulté, c’est de parvenir à le refaire tous les jours. La logistique interne doit être impeccablement réglée.’

Projet exceptionnel, transport exceptionnel

Le transport n’est pas une sinécure non plus pour Romein Beton. Charger un bateau au départ du site de stockage requiert une bonne coordination avec les armateurs. Mais le véritable défi, c’est le dernier tronçon du transport par route, du port de Maastricht au chantier. Twan van den Akker : ‘Il s’agit de transport exceptionnel, qui doit être encadré. Pour ne pas perturber le réseau routier, les camions ne peuvent pas circuler pendant les heures de pointe. Ici aussi la règle est la suivante : le transport et le montage doivent être parfaitement coordonnés. Si nous voulons monter une travée de 18 poutres, nous devons faire en sorte qu’une poutre se trouve sous la grue toutes les 20 minutes. Je peux vous l’assurer, cette coordination est très délicate, mais le résultat y est : nous en sommes à un tiers de la réalisation du projet et notre donneur d’ordre Strukton est très satisfait.’